Comment calculer l’étaiement pour une dalle ?

Outre les organisations de sécurité prises lors de sa conception, le support coffrage béton doit être partagé en fonction des charges qu’il supporte. Pour les différentes étapes d’utilisation et de dépliage et démontage des supports, une analyse des risques et des précautions appropriées sont présentées.

Le calcul de l’étaiement

Les principes de calcul étaiement dalle consistent à recenser la charge de service pour soutenir chaque montant de l’étaiement et à s’assurer que la capacité indiquée par le constructeur dans sa notice n’est pas dépassée. Assurez-vous également que les consoles peuvent supporter les charges des colonnes sur les plaques de support. Vous pouvez le faire rapidement en quelques clics sur quel support de coffrage pour béton ?

Typiquement, une cale en bois placée sous la planche répartit la charge sur le sol afin qu’elle ne dépasse pas sa capacité de charge pour un sol de très bonne qualité. Selon le calcul de la distribution de la charge au sol, une couche de gravier ciment ou une fondation en béton peut être nécessaire.

Les capacités de service sont fournies par le fabricant. Afin de tenir compte les conditions d’utilisation, il est important de noter que la charge de défaut doit être divisée par au moins deux. Les exigences de vérification et de calcul de la capacité portante des pylônes de soutènement sont données dans la norme NF P93 551.

Ces calculs ont dû être complétés par l’étude de la stabilité de la tour lors du montage sous l’influence du vent. Dès que la hauteur dépasse plus de 3,50 fois la largeur de la base, les pylônes doivent être reliés entre eux ou amarrés au bâtiment. Notez que ce rapport peut être inférieur si la tour est plus légère, comme une tour en aluminium. 

Démontage, décintrage et déplacement de l’étaiement

Le retrait des supports est une phase fragile. Le Code du travail prévoit le recours à du personnel qualifié désigné par l’employeur pour assurer le contrôle. Après coulage, les éléments de soutènement (palées, pylônes, étais de génie civil) sont chargés. La force de compression subie par les supports empêche le retrait du dispositif. Bien entendu, il faut s’assurer que la pièce tient bien toute seule puis utiliser un système de dépliage pour supprimer la compression, qui peut être assurée par : des bacs à sable, des déplieurs mécaniques, des vérins, un cric.

Le système décintreurs du vérin contrôle la précontrainte des supports. Parfois, les piliers sont réutilisés pour créer différentes portées de la structure avec la même hauteur et la même configuration de la tour. Il est alors captivant de réutiliser les tours d’étaiement dimension. La norme NF P93 551 et la note technique NT 24 de Cramif décrivent des systèmes d’emboîtement d’éléments entre eux permettant aux grues d’assembler, de déplacer ou de supporter des pylônes au sol. Certains fabricants proposent des roues mobiles qui peuvent être ajoutées aux tours afin de les déplacer. Ensuite, il est nécessaire de préparer le terrain pour le transfert.

Réglementation

Selon le Code du travail, la création des supports d’une hauteur supérieure à 6 mètres est justifiée par des instructions de calcul et leur construction est réalisée conformément au plan de montage préalablement établi, sauf en cas d’impossibilité ou d’urgence. Les instructions de calcul et les plans d’étaiement de montage sont conservés sur place. Ces dispositions ne s’appliquent pas aux soutènements mis en œuvre pour l’exécution des travaux souterrains (article R4534-105).

La dépose des suspentes et coffrage horizontal et la dépose des structures supportant ces dispositifs ne peuvent être effectuées que sous le contrôle d’une personne qualifiée désignée par l’employeur (article R4534-106). Il est également recommandé de se référer aux instructions du fabricant d’étais, qui indiquent la capacité d’étais en fonction de son niveau et de son déploiement.

Le secteur de l’optique : opticiens indépendants face aux grandes surfaces
Quelle matière a le plus de qualité pour un moulage ?